29 avril : Le réchauffement climatique

Lorentz, Niels et Pierre ont quitté Isertoq pour rejoindre Tassilaq. Ce week end, ils se sont reposé à Tassilaq, le vent les empêchant de sortir se balader, avant de reprendre la route du retour dès demain. Niels et Lorentz nous ont raconté leur week end. Ils ont aussi profité de la connection internet retrouvée pour nous envoyer des photos !

Nous avons déjà abordé plusieurs fois le sujet des conditions climatiques en Arctique. Mais avez-vous déjà entendu parler du réchauffement climatique ? C'est une expression qui est utilisée de plus en plus souvent dans les médias. Mais concrètement, le réchauffement climatique c'est quoi ? Et à quoi c'est dû ? Bruno Malaizé, chercheur à l'Université de Bordeaux, a accordé un entretien à Pierre. Il nous en dit plus.


Un week end à Tassilaq

Vendredi, les Dutrievoz ont fait la route de Isertoq à Tassilaq :

"Nous sommes arrivés à Tassilaq en hélicoptère. Ici c'est le bus local. J'étais tout triste d'avoir quitté mes amis d'Isertoq. Mon meilleur ami s'appelle Mikael Haldersen (je crois que ça s'écrit comme ça). Il m'a fabriqué un collier. C'est une queue de Narval sculptée sur une corne de caribou que son père a acheté en terre de Baffin. Tout le monde m'a offert des petits trucs : Julia m'a brodé un bracelet en peau de phoque avec du fil coupé dans l'intestin de phoque. Ça s'appelle un avittat. Peter, le pêcheur de requin, m'a donné une dent d'ours de 10 cm de long et trois griffes de phoque. C'est obligatoire d'avoir des griffes pour grimper sur la glace de la banquise autrement on reste dans l'eau.
Cette nuit, j'ai perdu une dent."
Lorentz

retour-a-tassilaqRetour à Tassilaq.


Le week end a été très venteux à Tassilaq ! Lorentz a failli s'envoler !

"Ce matin à Tassilaq, tout est bloqué. Le Piterak souffle à 160 km/h. C'est tellement impressionnant ! Il n'y a personne dans les rues. Les maisons en bois tremblent sous les bourrasques. Lorentz, Olivier et Pierre sont sortis ce matin : Lorentz a failli s'envoler (balloté comme un bouchon dans une mer déchaînée). Le temps change très vite. Je comprend pourquoi  les Inuits craignent le Piterak."
Niels

"Quand je suis sorti avec mon père (heureusement, il me tenait), j'ai senti la puissance du vent. Il arrivait à me faire tomber et m'empêchait de me relever. Même pour des adultes c'était difficile de marcher. Les grelots de neige venaient nous frapper le visage. En plus, par terre, il y a de la neige et de la glace. On glisse. J'imagine que les icebergs doivent se balader sur la banquise. Je comprend pourquoi mon père construit des igloos plutôt que de planter la tente. Il me dit toujours que les igloos ne s'envolent jamais. Nous sommes rentrés à quatre pattes à la maison en bois. C'est pas le bon jour pour aller à la pêche. Je ne me suis toujours pas fait embarquer par le vent.
Lorentz.

peche-au-requinLa pêche au requin, c'est mieux quand il fait beau !

tenue-en-peau-de-phoque
Même quand il fait beau, il faut se couvrir. La tenue en peau de phoque est parfaite pour avoir chaud !


Avec le Piterak, ça a l'air compliqué d'aller faire les courses !

"Bon aujourd'hui, on est resté peinard après avoir fait la sortie dans ce vent incroyable. On s'est reposé puis après on a essayé d'aller faire les courses dans le magasin qui se trouve à l'autre bout du village. C'était dur car le vent nous plaquait sur le sol... Par exemple : avec la caméraman, Cécile, qui me tenait pour ne pas que je m'envole. RATÉ on est tombé tous les 2 à plat ventre !!! Par terre !!! Sur la glace !!!!! Bon, je ne suis toujours pas dans les airs. Mais par contre, je suis plaqué sur le sol ! "
Lorentz.

interieur-igloo-pendant-pitterraq-tassilaq
Lorentz et Pierre à l'intérieur d'un igloo, à Tassilaq, pour se protéger du Piterak.


Qu’appelle-t-on le réchauffement climatique ?

Le réchauffement climatique c'est une augmentation des températures sur la surface de la terre et des océans. Celle-ci est dûe aux gaz à effet de serre qui sont parfois générés par des activités humaines.
Les effets de ce réchauffement sont d'ores et déjà visibles sur la planète. Mais ils ne sont pas les mêmes partout. Par exemple, l'augmentation des températures ne se fait pas de façon uniforme sur la planète : au Pôle Nord, les températures moyennes des dix dernières années ont augmenté 2 fois plus vite qu’au niveau mondial !

 
Bruno Malaizé, chercheur au Département Géologie et Océanographie à l’Université de Bordeaux, nous en dit plus dans la vidéo ci-dessous :

 

"Les impacts du changement climatique sur l’océan"

L'animation qui suit s'intéresse au rôle des océans dans le système climatique mondial. Elle met en évidence le rôle clé des océans à l'échelle mondiale en tant qu'habitats pour la flore et la faune, régulateurs de climat et puits de carbone. Elle dresse ensuite un bilan des impacts dûs au changement climatique sur les écosystèmes marins, la faune, la flore et l'homme. Cette animation dresse donc un état des lieux général de ces différents impacts et présente les prévisions futures des scientifiques à ce sujet :
http://www.educapoles.org/assets/uploads/flashanims_files/cze_base_02_fr.swf

 
Tagiu Aranngii* !

* "Au revoir et à demain", dans la langue du peuple Tunu, vivant à l'Est du Groenland. Ecriture phonétique.